A.G. des Chefs Etablissements 

58 et 71
 
 
La seconde AG des CE de la Nièvre et de la Saône et Loire s’est tenue mercredi à l’évêché d’Autun. Ce fut le moment d’échanger les vœux et de faire le point sur différents sujets en cours sur les diocèses :
  • Dans la suite de sa première intervention en septembre, le Père Binon lance la journée avec un temps de culture chrétienne attendu et apprécié par les CE.
  • Conjointement le CLER et Agnès Bouffard ont présenté leur champ d’action dans les établissements quant à l’éducation affective, relationnelle et sexuelle.
  • Les personnes ressources, Claudine Gérard et Gaëtan Honoré, ont redonné le cadre de l’accompagnement qu’ils peuvent proposer.
Quelle place pour les dispositifs ASH dans nos établissements, quelle couleur donner à l’ensemble pour accueillir au mieux chaque élève ?
  • La fin de matinée a été le moment aussi d’échanger des bonnes nouvelles comme le diplôme remis à Élodie DUPERRON qui atteste de son titre de Dirigeant des Organisations éducatives scolaires et/ou de formations.
 
 
 
Après un vrai temps convivial autour d’un repas (dans le respect du protocole sanitaire) à l’ensemble scolaire Saint Lazare d’AUTUN, il était question d’engager un travail sur l’École Catholique Bourguignonne qui vient. Quelles perspectives, quelles directions à prendre pour penser le temps, l’espace, le savoir, les relations … au sein de cette école qui vient ?
 
On ne peut pas, sous prétexte qu’il est impossible de tout faire, ne rien faire du tout.
Abbé Pierre
 

Des outils de travail à consulter sans modération

Sœur Cécile RENOUARD
"A quelles conditions on crée de l’activité qui respecte les personnes et la planète ?
Reconnaître qu’il y a un plancher social et un plafond écologique"
 
Religieuse de l’Assomption, docteur et professeure de philosophie à l'école des Mines, à l'ESSEC et Sciences Po.
Sœur Cécile Renouard nous livre son analyse du modèle économique porté par notre société et ses possibles améliorations. Elle présente ainsi les leviers qui permettront de bâtir une croissance plus juste et durable : réviser les objectifs de développement à l’aulne des limites planétaires, introduire des critères sociaux et écologiques dans le calcul des normes comptables et des indicateurs de croissance, réduire les écarts de revenus, former aux métiers de demain…
Elle est présidente du Campus de la transition. C’est un lieu d’enseignement, de recherche et d’expérimentation créé en 2018 par un collectif d’enseignants-chercheurs, d’entrepreneurs et d’étudiants qui souhaitent, à travers des contenus d’enseignement originaux et de nouvelles manières d’enseigner, promouvoir une transition écologique, économique et humaniste.
 
Marc VANESSON
"L’école fait face à une injonction paradoxale de massification et de personnalisation." 
L’école ne peut pas tout. Elle peut beaucoup mais pas toute seule.
 
Marc Vanesson, délégué général de Vers le Haut, un Think tank dédié aux jeunes, aux familles et à l'éducation analyse ici les grandes évolutions du rapport à l’école dans notre société. 
 
Il estime que l’institution scolaire se trouve confrontée à des injonctions paradoxales, relayées notamment par les familles. Ainsi, on lui demande d’assouplir une forme jugée trop rigide pour mieux prendre en compte les besoins particuliers des jeunes… tout en les « armant » pour la course au diplôme puis la compétition pour l’emploi qui s’en suit… Le tout dans un contexte d’anxiété généralisé sur l’avenir.
L’école doit-elle réintroduire le préceptorat dans la classe ? Répondre à l’exigence sociétale de sélection ou cultiver une ambition plus humaniste ? Marc Vanesson montre combien ces contradictions gagneraient à être explicitées. Il estime qu’il y a urgence à s’accorder collectivement sur les finalités éducatives de l’école et invite pour cela à ce que chacun prenne part à l’œuvre d’éducation.
Delphine Horvilleur
rabbin et philosophe. Citée par Jérôme Gaillard dans un article du laboratoire des initiatives.
Être héritier ce serait donc poursuivre le chemin ou le rêve des générations passées, tendre vers un idéal qui nous a précèdes mais en quittant le monde qui nous a donné́ naissance, en quittant le monde d’où l’on vient.
« Je viens de quelque part, mais si je veux être fidèle à mon histoire, je dois partiellement lui être infidèle. » Et elle conclut « C’est en réalité quand on croit être le plus infidèle au chemin de ses parents que l’on poursuit parfois le mieux leur chemin. Et inversement, c’est souvent quand on est persuadé́ d’être dans leur pas que l’on est en réalité́ le plus loin de leur héritage.
 
08/01/2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
logo centre
 
© 2020 Enseignement Catholique de Bourgogne -  DDEC 58 - 71  - Place Cardinal Perraud, - 71400 Autun DDEC 21 - 89 21000 Dijon